Dijon écologique : l’association Arborescence


Dijon écologique 🇫🇷, Initiatives / samedi, juillet 6th, 2019

Après mes récents posts sur les composteurs de quartier à Dijon, une amie m’a parlé de Benjamin, en service civique au sein d’Arborescence, association qui gère en partie les placettes de compostage au sein de l’Agglomération dijonnaise. C’était l’occasion de comprendre comment les composteurs sont gérés et comment les habitants de la métropole peuvent agir sur le sujet !

__________________________________

Pour me parler de l’association et des actions mises en place, principalement sur le compostage, j’ai rencontré Benjamin Dewit, qui a obtenu les diplômes d’ingénieur matériaux et un master matériaux de l’énergie nucléaire à Lyon.

En service civique au sein de l’association depuis Décembre 2018 et jusqu’en Juillet, il avait notamment pour mission : 
– l’animation d’ateliers pédagogiques ;
– la création d’évènements à destination du grand public ;
– la mise en place de la communication digitale et papier

Cyril Casanova, co-fondateur de l’association, maître composteur et ingénieur en écologie, s’est également joint à nous pour répondre à mes questions.

__________________________________

Bonjour Benjamin, je suis venue te rencontrer car j’ai entendu dire que c’est l’association Arborescence qui gère les plateformes de compostage à Dijon, est-ce que tu peux m’en dire plus ? 

En effet, l’association gère en partie les plateformes de compostage, mais pas complètement :
En 2015, Dijon Métropole (le Grand Dijon à l’époque), nous a sollicité pour la mise en place de 15 sites pilotes. L’expérience a été concluante et il a été décidé d’étendre le projet.

Aujourd’hui, lorsqu’une entité locale (groupement de citoyen, immeuble…) souhaite mettre en place une plateforme de compostage, elle fait appel au Grand Dijon qui, après s’être assuré d’une première faisabilité du projet, nous contacte. 

Nous intervenons ensuite pour un diagnostic pour la mise en place des bacs (il y a des critères techniques à respecter), pour l’installation et pour la formation de l’entité locale s’étant manifestée. Il faut savoir que nos formations de référents composteurs sont agrées.

Une fois ces trois étapes accomplies, nous accompagnons les plateformes pendant une durée de deux ans, selon un rythme qui varie en fonction des besoins du composteur. 

Après ces deux ans, les plateformes sont normalement autonomes et peuvent être gérées dans un esprit participatif citoyen par les personnes habitant le quartier et déposant leurs biodéchets dans les bacs

__________________________________

Les plateformes de compostage sont toujours accompagnées d’instructions

__________________________________

Je ne connaissais pas du tout ce fonctionnement ! Pour ma part je pensais qu’il s’agissait de points d’apport volontaires gérés par la ville…

Beaucoup de personnes sont dans ton cas !

Ça entraine plusieurs problématiques : un grand succès dans certains quartiers densément peuplés (comme en centre-ville) où les personnes apportent seulement leurs biodéchets et ne participent pas à l’entretien du compost (transferts quand les bacs sont pleins). Vu les grandes quantités de biodéchets apportées, les transferts doivent se faire plus fréquemment et cela demande plus de travail à un noyau restreint de personnes bénévoles.

De plus, de grandes quantités de compost sont aujourd’hui produites, la plupart du temps le compost est repris par les habitants (surtout dans les quartiers où il y a des jardins). Mais pour certaines plateformes, on ne sait plus quoi en faire

.

Ça signifie que je peux participer aux transferts des bacs de compostage ? Comment je dois m’y prendre ? 

Oui tout à fait !
Les plateformes de compostage sont aussi un endroit où rencontrer des voisins, où il y a un échange social très sympa lors des transferts !

Pour être tenue informée des dates pour l’entretien du compost ou si tu es intéressée pour être formée au compostage, il faut contacter l’association à cette adresse : arborescence@naturedanstaville.net.
N’importe qui peut envoyer un mail et participer. C’est l’occasion d’apprendre à ses enfants le processus de compostage, de boire un verre avec des habitants du quartier…

__________________________________

Une des plateformes installées par Arborescence, au siège de l’association

Pour en revenir à un côté plus pratique… Vous constatez beaucoup d’erreurs de tri dans les bacs à compostage ?

Les aliments tolérés dans les bacs ont été définis dans l’objectif d’obtenir un compost de qualité en un temps assez court et de garantir une hygiène sur les plateformes de compostage. Ils peuvent différer des aliments que tu as l’habitude de mettre dans ton composteur individuel ou dans celui de tes grands-parents.

Il y en a quelques erreurs que l’on retrouve souvent : 

les déchets non fragmentés : les fruits et légumes entiers ne se dégradent pas assez rapidement dans les composteurs de quartier. La rotation des bacs est trop rapide pour eux, si bien que nous les retrouvons entiers en bas du compost et devons les retirer. Pour que ceux-ci se dégradent correctement il faudrait les couper en morceaux

les sacs, capsules de café et autres plastiques biodégradables, qui ne se dégradent pas dans les conditions d’humidité, de chaleur etc. des composteurs de quartier et qui polluent le compost (cela reste du plastique !)

les élastiques autour des légumes

les oeufs entiers. Les oeufs sont la seule exception animale tolérée dans les composteurs, mais entiers ils se dégradent très mal et sont à l’origine d’odeur désagréable. 

Si tu as un doute, les consignes sont indiquées sur des panneaux sur les sites de compostage.

On constate également que l’étape de l’apport de broyat est souvent ignorée : une fois que les biodéchets sont déposés dans le composteur, il est nécessaire de rajouter du broyat présent dans un bac à proximité.
Cette étape est pourtant indispensable car elle aère le compost, évite les risques de pourrissement et permet de garder un bon équilibre azote/carbone nécessaire à la bonne décomposition des aliments

__________________________________

__________________________________

Bonjour Cyril, merci de t’être joint à nous, pourrais-tu nous parler des projets de l’association ? 

Nous avons un projet de compostage en « bout de champs », l’idée c’est que les agriculteurs pourraient bénéficier de compost pour amender leurs champs et améliorer la qualité de leur terre grâce aux biodéchets produits par de grandes structures. Nous avons développé un procédé qui permet de « précomposter » les biodéchets et de les stocker 6 à 8 semaines, cela évite les transports et les émissions carbones associées.

Concernant les placettes de compostages, nous allons en mettre en place 3 avant la fin de l’année. C’est quelque chose qui est en plein essor, on assiste à une prise de conscience des citoyens. Le compostage permet d’agir concrètement sur le comportement, mais c’est aussi un moment convivial, l’occasion d’échanger, de passer du temps ensemble.
C’est un acte simple qui apporte des bénéfices considérables : réduction des déchets mais aussi création de compost qui va venir enrichir la terre, qu’on sait aujourd’hui de plus en plus pauvre. Economiquement c’est aussi un bénéfice puisqu’on obtient de l’engrais de très bonne qualité gratuitement. 

Je tenais à remercier Benjamin et Cyril pour leur accueil et leur enthousiasme. N’hésitez pas à contacter l’association à l’adresse mail donnée plus haut : arborescence@naturedanstaville.net et à visiter leur site ICI.

2 réponses à « Dijon écologique : l’association Arborescence »

  1. Bonjour
    Depuis peu je dépose mon compost a la coulée verte ,près des jardins rue Hoche
    Madame Perrin m a fait parvenir un sceau vert spécial compost qui est très pratique.
    Pourriez vous me tenir au courant des futurs rendez vous
    Amicalement

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *