Mon avis sur le train de nuit Zurich – Budapest


Micro-aventure 🚲🌍 / mardi, avril 5th, 2022

C’était la tête pleine des images rommancées des trains de nuit que je me suis lancée dans cette aventure : organiser un court séjour à Budapest en voyageant en voiture-couchette, depuis chez nous jusqu’à la capitale Hongroise. Après nos expéditions à vélos, c’était le mode de transport tout trouvé pour allier écologie et voyages longue distance.
Aventure ? Si le romanesque associé à ce mode de transport me fait peut-être un peu forcer le trait, je peux vous assurer que de l’organisation jusqu’au retour, ça a été une sacrée expédition !

.

Carte trajet en train Zurich - Budapest
  • L’organisation

Pour réserver votre couchette et profiter de tarifs plus attractifs, il est conseillé de vous y prendre en avance. Les prix fluctuent en fonction de la demande (type de couchette, jours de la semaine et période de vacances). Un nombre limité de places dégriffées est mis en vente (dites sparenight), intéressantes car la place en wagon-lit est au petit prix de 99CHF (elles partent trèèèès rapidement).
Comme il n’y avait malheureusement plus de places dégriffées en wagon-lit, nous nous sommes rabattu sur 2 lits dans un compartiment 4 places. Avec ma (petite) réduction valable sur le trajet en Suisse, nous avons payés 308 CHF pour l’aller-retour (départ Mercredi soir et retour Samedi soir).

Comme nous avons des vacances fixes mon chéri et moi il a fallu coordonner nos agendas pour fixer des congés sans solde avec nos deux employeurs. Le trajet prend toute une nuit pour l’aller, nous avons choisi de rester 3 jours sur place pour que ça vaille le coup.

Pour vous donner une petite idée des prix et des différents couchages proposés, voici deux captures des tarifs proposés pour le train du soir même, le premier avec demi tarif, le second sans réduction :

Grille des tarifs 1/2 tarif suisse
Type de couchettes pour le train Zurich – Budapest, tarifs avec réduction demi tarif Suisse, pour le jour même
grille des tarifs, tarifs pleins suisses
Type de couchettes pour le train Zurich – Budapest, tarifs pleins, pour le jour même

Maintenant il fallait s’organiser pour aller à Zurich (et donc traverser la moitié de la Suisse) afin de rejoindre notre train. Là encore, pour limiter les coûts nous avons réservé des billets dégriffés en avance, bien moins chers mais non remboursables. On s’en sort avec 125 CHF supplémentaires pour nous deux avec ma réduction, et un peu plus de deux heures de trajets pour quitter Morges, et près de 2h30 pour revenir le Dimanche.

Morges - Zurich en train
Avant de prendre le train de nuit… Il faut rejoindre Zurich !
  • Le voyage

Grâce à vos nombreux retours sur les réseaux sociaux, j’avais prévu un sac de couchage au cas où il fasse froid (que j’ai utilisé au retour), de quoi fermer la porte si le locket faisait défaut et bien entendu des boules-quiès.

Nous avons été accueilli par le chef de notre wagon qui vérifie dès le départ si nous prenons place dans le bon compartiment. Le train se scindant en trois dans la nuit, ce serait dommage de se retrouver en Allemagne le lendemain matin !

Habitués des voyages à vélo, des nuits en camping et du confort rudimentaire, nous avons trouvé les couchettes très bien. Deux draps, une couverture et un oreiller sont fournis, le tout très propre. Il y a une petite lumière pour pouvoir lire. Nous étions aux deux couchettes du bas.
Je vous conseille de ne pas prendre un bagage trop volumineux pour pouvoir le glisser sous ou sur la banquette facilement, selon que vous ayez la couchette du bas ou la couchette du haut. De plus, si vous êtes plusieurs à avoir une grosse valise dans le compartiment, ça peut vite devenir compliqué.

.

  • Ce que j’ai aimé :

    Le roulis du wagon. Se réveiller et sentir les mouvements du train. Je sais que ça empêche certaines personnes de dormir mais j’ai trouvé ça très apaisant

    Le compartiment qui ferme depuis l’intérieur. Aucun problème de sécurité, vous pouvez dormir sur vos deux oreilles

    – La petite attention à l’arrivée : une bouteille d’eau et un petit chocolat pour nous accueillir. A noter qu’il n’y a pas d’eau potable à disposition dans le train donc à prévoir

    Le « petit déjeuner » le matin. Le chef de wagon demande quelle boisson (thé, jus de fruit ou café) et quel accompagnement (galette de céréale ou espèce de brioche) vous voulez. Ce n’est pas du haut de gamme mais ça suffit à caler en attendant l’arrivée

.

  • Ce que je n’ai pas aimé :

    Les arrivées surprises au milieu de la nuit. S’il reste de la place disponible dans votre compartiment, le chef de Wagon peut venir frapper au milieu de la nuit pour qu’un hôte de dernière minute s’installe. Ca nous est arrivé à chacun des trajets et je dois dire que je n’ai pas du tout aimé être réveillée en plein sommeil, attendre que la personne s’installe, fasse des allers-retours…

    Les sanitaires exigüs et parfois dans un état catastrophique.
    L’espace lavabo est mini (en fermant la porte, debout, je pouvais à peine me retourner), l’état des toilettes était douteux à l’aller et déplorable au retour. Prévoyez du gel désinfectant (ils en donnent d’ailleurs une dose dans le pack de départ, j’ai compris pourquoi)

    Où est passée la poésie du voyage ?
    Le charme du périple, des paysages et de l’aventure auxquels je m’attendais à la simple évocation des mots « train de nuit » n’ont pas été au rendez-vous. Certes, nous n’avons pas profité de la luminosité tardive de l’été et c’est peut-être plus agréable à cette période. Mais même lorsque nous avons voulu profiter des neiges fraichement tombées lors de notre retour en Suisse, nous ne pouvions pas trop ouvrir le store car notre invité surprise de la nuit dormait toujours…

.

  • Conclusion

Si j’ai pu passer outre la lumière du couloir qui filtrait à travers la porte, outre le bruit de la ventilation qui m’a fait pensé que la fenêtre était ouverte à 3 heures du matin tellement le bruit était amplifié avec la vitesse du train, j’avoue que la cohabitation imposée en plein milieu de la nuit n’a pas été ma tasse de thé. Ajoutez à ça cette histoire de sanitaires (et bien entendu interdiction d’utiliser ceux du wagon d’à-côté, comme me l’a fait comprendre un dragon-chef-de-wagon), je dois admettre que j’ai trouvé dommage de payer aussi cher pour, en plus, ne rien voir du paysage.
Nous avons quand même assez bien dormi (5h à l’aller et un peu plus au retour) dans ce train dénué de charme. J’espère que le succès de ce mode de transport incitera les compagnies à améliorer un peu plus leurs prestations ou à baisser un peu leurs tarifs 🙂

.

Si je passais outre mes convictions écologiques, je dois admettre que le calcul, pour ce voyage précis, était assez vite fait…

Train de nuitAvion
Prix308 + 125 = 433 CHF22,7 +212 + 22,7 = 257,4 CHF
TempsAller : 2h14+40+11h40 = 14h34
Retour : 11h40+58+2h37= 15h15
Aller : 32’+1h30+1h45 = 3h43
Retour : 1h30+1h55+32′ = 3h53
Empreinte carbone du transport3,2 + 46 x 2 = 98.4 kgCo20,8 + 236 x 2 = 472,16 kgCo2

.

Ce que je raconte ici n’engage que moi, le meilleur moyen de se faire une idée, c’est de vous aussi planifier votre prochain voyage en train de nuit !

N’héitez pas à me raconter vos anectodes de voyages ou à me poser des questions pour vos futurs périples 😉

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.