Bonnes habitudes, mauvaises habitudes – Wendy Wood


Lecture / mercredi, août 11th, 2021

Wendy Wood a fait des habitudes sont sujet d’expertise, et en psychologue digne de ce nom, a conduit des dizaines d’études sur le sujet et sur le changement durable des comportements.

C’est avec ce recul et avec de nombreuses autres données scientifiques qu’elle nous explique pourquoi notre seule bonne volonté du Nouvel an ne suffit pas a nous faire tenir nos bonnes résolutions, ou d’où vient le célèbre « il faut 21 jours pour prendre une habitude « .

Si vous vous sentez particulièrement concerné par le sujet (à cause d’une sombre affaire de perte de poids, de manque d’activité sportive ou de consommation de tabac), je ne peux que vous conseiller de vous procurer cet excellent livre qui a immédiatement eu des effets sur moi. Quand on sait et comprends comment une habitude fonctionne, il est beaucoup plus simple de mettre en place des routines positives.

Si le sujet vous intéresse sans que vous vous sentiez singulièrement concerné, vous pouvez tout de même jeter un oeil sur le résumé du livre, et vous vous rendrez peut-être compte que prendre conscience de ces mécanismes pourrait certainement être bénéfique pour vous. Sans plus attendre : comment définiriez-vous une habitude ?

Qu'est-ce qu'une habitude ?


43% de nos vies, en moyenne, sont régies par des habitudes.
La façon de prendre votre petit déjeuner est sans doute une habitude. La façon dont vous vous rendez au travail également. De faire vos courses, de choisir les aliments que vous achetez, de ranger votre frigo. En y réfléchissant, vous vous rendrez vite compte que certaines semaines, ce pourcentage peut même dépasser les 50%.

« Nous pouvons réaliser une certaine action une fois et c’est alors une décision, mais si nous la réalisons de la même manière à de multiples reprises, elle devient quelque chose de très différent et sollicite même des régions différentes de notre cerveau« 

Une habitude, contrairement aux décisions spontanées, ne demande donc pas autant d’énergie ni d’effort. Vous ne choisissez pas, ne prenez pas une décision à chaque fois que vous faites quelque chose dans votre journée, cela vous demanderait trop d’énergie. Les habitudes sont des exécutions automatiques sans direction consciente de notre part, créées par notre psychisme, indépendamment de notre contrôle exécutif. Elles nous « ôtent des mains le poids de l’effort « , pour reprendre les mots de l’auteure, que celles-ci soient « bonnes » ou « mauvaises ».

Lutter contre une mauvaise habitude consiste donc à tenter de réprimer un désir, une action automatique déclenchée par une situation (vous prenez une friandise devant votre série préférée, vous allumez une cigarette pendant votre pause, vous trainez sur votre téléphone avant d’aller dormir).
Vous devez prendre sans cesse la décision d’aller à l’encontre du comportement que votre inconscient à mis en place et que vous répétez depuis des années. Ça demande beaucoup d’énergie et ce n’est pas étonnant qu’après une journée ou une semaine de travail, on décide de reporter notre bonne résolution à plus tard, et le lendemain aussi, jusqu’à finir par complètement abandonner.

Bonne nouvelle, votre intelligence ou votre motivation n’ont donc pas à être remise en question si vous ne tenez jamais vos bonnes résolutions.

Mettre en place des habitudes positives ?

Maintenant que l’on sait ce qu’est une habitude, il convient pour vous de savoir ce que vous voulez faire de cette information. Si vous souhaitez perdre du poids, économiser plus d’argent ou avoir une meilleure hygiène de vie, de meilleures routines peuvent vous aider à réaliser ces objectifs.

Wendy Wood décrit les 3 principes de création d’une habitude pour vous aider à les mettre en place.
Comme je ne souhaite pas me substituer au livre et que je pense qu’il vaut la peine d’être lu, je vais vous partager 2 de ces 3 principes avec vous :

Le contexte

L’environnement dans lequel vous évoluez à une très grande influence sur votre comportement, et cette influence est minimisée par la plupart d’entre nous. Les études présentées dans l’ouvrage en rendent compte : que ce soit la ville, le quartier ou votre groupe d’amis, ils peuvent avoir des répercussions sur la façon dont vous vous alimentez, sur votre pratique sportive ou sur votre consommation d’alcool.

Les points de friction de votre environnement sont les choses qui entravent l’action, qui vous empêchent de mieux agir. C’est sur ces points que vous pouvez agir, soit pour augmenter la friction (rendre moins accessible les boutiques en ligne), soit pour la diminuer (mettre en place un virement automatique qui vous permettra de mettre de l’argent de côté tous les mois sans que vous puissiez intervenir).

D’après les nombreuses études citées dans le livre, les personnes les plus performantes, celles qui « réussissent mieux », ne sont pas celles dont la volonté sont la plus forte et qui résistent mieux aux tentations. Ce sont celles qui ont le moins l’occasion d’être exposées aux tentations, entendez par là, celles qui ont un environnement qui les éloigne des habitudes négatives. Elles mettent en place des forces motrices qui les incitent à adopter des comportements positifs.

Autrement dit :
Si vous continuez à acheter des confiseries, bien entendu vous continuerez à en manger.
Si vous continuez à trainer dans les magasins ou sur les sites de e-commerce, bien entendu vous continuerez à dépenser votre argent.
Si vous continuez à laisser les notifications apparaitre sur votre téléphone, bien entendu vous continuerez à le consulter.

A vous désormais d’essayer d’aménager votre environnement pour vous débarrasser de vos mauvaises habitudes : si vous tentez d’arrêter de fumer sans changer votre routine de pause ou d’attente, vous avez peu de chances d’y parvenir. Si vous trouvez de nouvelles choses à faire lors de vos pauses (découper une pomme, lire un livre, changer d’endroit…) vous mettez plus de chances de votre côté.

La répétition

Combien de fois faut-il répéter une action pour qu’elle devienne une habitude ?

Malheureusement, le chiffre de 21 jours semble avoir été affirmé dans un livre de développement personnel sans que cela n’ait été confirmé par des données scientifiques. L’auteure a elle même mené plusieurs études afin d’estimer une moyenne, mais cela dépendrait notamment de la complexité de l’habitude mise en place.

Quoiqu’il en soi, la répétition est importante pour déclencher une habitude. Plus on répète une action, moins cela nous demande d’effort conscient. Le comportement engendre le comportement. Plus vous le faite, plus cela sera facile.
Rassurez vous, les manquements occasionnels ne feront pas disparaitre une habitude et tous les efforts que vous avez déjà mis en place 😉

Le contexte est la première étape de la mise en place d’une habitude. Un environnement adéquat vous facilite la tâche. La répétition, elle, fait démarrer le moteur de vos habitudes.

Mettre à profit les cas particuliers

Un licenciement ou une rupture sont rarement des événements réjouissants. Pourtant, ces discontinuités avec votre quotidien peuvent constituer des opportunités pour mettre en place des habitudes qui auront des répercussions positives tout au long de votre existence future.

En effet ces ruptures avec le quotidien, au même titre qu’un déménagement ou une naissance sont l’occasion de mettre en place de nouvelles routines. N’hésitez pas à tirer partie de votre nouvel environnement, que ce soit le lieu et les repères physique, mais aussi l’heure et les interactions qui peuvent en faire partie : vous associer à un ami sportif pour aller courir avec lui, les mêmes jours aux mêmes horaires ou aller à la bibliothèque avec un camarade de classe pour aller travailler quelques après-midis par semaine…

Quand aux habitudes qui ne vous apportent plus rien, n’hésitez pas à rompre avec elles. Si le diner imposé du samedi soir finit par vous contrarier plus qu’autre chose ou si aller boire un verre avec cette amie vous remplie d’ondes négatives, il vaut mieux mettre un peu de distance entre vous que de persévérer, qu’en pensez-vous ?

Mon avis ?

Bonnes habitudes, mauvaises habitudes, fait partie de ces ouvrages – au même titre que l’Intelligence Emotionnelle de Daniel Goleman ou de La Dimension cachée de Edward T. Hall – qui utilisent intelligemment les données scientifiques pour nous aider à comprendre nos comportements quotidiens.

On est loin du développement personnel du type « You can do it » et c’est d’autant plus motivant que c’est déculpabilisant.
Durant cette lecture, j’ai décidé de mettre en place un environnement adéquat pour pratiquer une activité sportive plus régulière. Je croise les doigts pour que ça fonctionne, mais je peux vous dire que pour l’instant je suis allée courir 4 fois en 10 jours, chose qui ne m’était pas arrivée depuis plus de 2 ans. Je ne peux que vous recommander cette lecture instructive et inspirante !

.

.

.

Cette lecture vous a plu ? Vous aimerez certainement cet article :

5 leçons que j'ai apprises avec le développement personnel

.

.

.


Livre offert par les éditions Alisio

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.