7 idées-reçues sur l’écologie


Entreprise / jeudi, mai 5th, 2022

Après quelques années à bourlinguer dans le domaine de l’écologie, et tout autant de temps passé à me renseigner à droite et à gauche pour rédiger des mémoires, articles de blog ou autres posts sur les réseaux sociaux, je me suis confronté à pas mal de croyances erronées au sujet de l’écologie.
Dans cet article, je réponds à 7 idées reçues largement répandues, sources à l’appui !

.

Quelle plantes d’intérieur sont dépolluantes ?

On recense aujourd’hui une quarantaine de plantes dépolluantes. Le phénomène connait un grand succès ces dernières années : c’est un super argument de vente, non ?

Les plantes dépolluantes sont-elles efficaces ?
Les premiers à avoir mené des études sur le sujet sont… Les membres de la NASA !
Dans les années 80, des travaux ont été menés pour reproduire les conditions de vie à l’intérieur des capsules spatiales. On voulait vérifier si des plantes étaient capables de dépolluer cet air restreint en cycle fermé.

Résultats : plutôt concluants !

Mais voilà, l’Ademe a retenté l’expérience dans des conditions plus proches de celles de notre quotidien. Ils ont placés des plantes dépolluantes dans la chambre, dans le salon, dans une maison normale quoi. Et là, aïe… C’était beaucoup moins concluant !

Conclusion ? Ne comptez pas sur vos plantes pour décrasser votre air intérieur (ouvrir la fenêtre 10 minutes chaque jour est plus efficace!). Et ayez en tête que c’est avant tout… un argument commercial !

Pour plus d’informations sur l’étude PHYTAIR, téléchargez ici l’avis de l’ADEME

Des plantes peuvent-elles dépolluer l'air des logements ?

.

Le logo point vert sur les emballages veut-il dire que celui-ci est recyclable ?

La réponse est non !
Le point vert est un label qui mentionne la contribution du producteur de l’emballage à un système de recyclage des déchets.

Ce label découle d’une obligation législative qui impose aux entreprises vendant des produits emballés la reprise des emballages après usage.
Les entreprise peuvent se charger elles-même de la reprise ou sous-traiter cette tâche à un organisme agrée auquel il paye une redevance. Lorsque c’est le cas, l’organisme appose le Point vert sur l’emballage.

Le Point vert n’a donc aucune signification écologique en France (contrairement à l’Allemagne) ; il ne signifie pas que le produit est recyclable, ni qu’il est fabriqué à partir de matériaux recyclés.

Pour plus d’informations s

.

Qui produit le plus de gaspillage alimentaire en France ?

La part la plus importante du gaspillage alimentaire en France et en Europe est attribuée aux consommateurs, et non pas aux producteurs !

Contrairement à ce que l’on pense, ce sont les ménages, restaurants ou écoles qui produisent le plus de gaspillage…

Pour des graphique sur le gaspillage alimentaire en France, Suisse et Europe, je vous invite à consulter cet article dédié : Idée reçue – le gaspillage alimentaire.

.

Les sacs compostables et biodégradables vont-ils au compost ?

Avec ces sacs nouvelle génération censés remplacer les sacs plastiques conventionnels, on s’y perd un peu…

Biodégradable ou Oxo (bio) dégradable : un produit biodégradable est un produit contenant de la matière organique susceptible de se décomposer dans un environnement favorable (conditions de températures, lumière, humidité, oxygène…) – pour le site Futura Planète. Ils sont réalisés à partir de dérivés de pétrole. Lorsque vous laissez sac biodégradable se décomposer dans votre compost, des micro-morceaux de plastiques se dispersent dedans.

Source : site de la COSEDEC ou article de GEO.

Compostable : Les sacs « compostables », à base de produits végétaux, peuvent être utilisés pour le compost industriel. Ils se décomposent lentement dans un composteur domestique car ils sont étudiés pour se décomposer dans les conditions de compost à grande échelle.

Conclusion ? Sac avec la mention « OK compost » = au compost, sinon, à la poubelle !

Sac biodégradable et sac compostable

.

Le mélange bicarbonate de soude + vinaigre blanc est-il efficace ?

Avec la vague du zéro déchet et du fait-maison, on a ressorti les produits de grand-mère du placard. On a vu un tas de recettes passer et le moment est venu de se demander : est-ce que ça marche ?

La réponse… Oui et Non !

Pour savoir pourquoi et pour comprendre la réaction chimique bicarbonate de soude et vinaigre blanc, c’est dans cet article : Idée reçue, le mélange bicarbonate de soude + vinaigre blanc.

.

Peut-on jeter tous les types de verre dans la benne de recyclage ?

La réponse va être rapide : c’est non.
Et comme une image vaut 1000 mots :

Les verres recyclables
Les verres non recyclables

Les images sont empruntées au site internet du SIPOM.

.

Un livre numérique pollue plus qu’un livre papier ?

Last but not Least. C’est une question que tous les grands lecteurs se sont déjà posée.

Livre numérique et livre papier : qui pollue le plus ?

La comparaison est très difficile, puisqu’il faut prendre en compte l’ensemble du cycle de vie des deux supports et leur utilisation pour avoir une vue d’ensemble de leur empreinte en équivalent carbone.

Une fois pris en compte la globalité de ces éléments, reste encore à tenir compte de l’usage que l’on fait du document !

Selon l’étude réalisée par Ecoinfo et le CNRS sur le sujet, différents facteurs rentrent en compte : le recyclage du papier ou de l’appareil électronique, le nombre de lecteurs, la durée de stockage etc.

Pour une facture que l’on consulte moins de 30 minutes, il est avantageux de passer au format numérique.
Pour un livre neuf, selon les études des cabinets Carbone 4 et Cleantech, son poids en équivalent carbone est estimé entre 1 et 7,5kg équivalent carbone, contre 150 et 250kg pour une tablette.
Pour rentabiliser écologiquement son support numérique, il serait nécessaire de lire plus de 20 livres par an.

.

D’autres questions ? D’autres idées reçues a clarifier ? L’espace commentaire est là pour ça 😉

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.