Economie circulaire : ne passez pas par la case « Achat »


Consommation, Mode de vie / jeudi, novembre 28th, 2019

La consommation de seconde main connait un essor sans précédent et c’est avec une immense joie qu’on voit fleurir les boutiques et site internet spécialisés.
Si cette façon de consommer se démocratise, d’autres faces de l’économie circulaire rencontrent elles aussi leurs adeptes : location, prêts, dons entre particuliers, nombreuses sont les façons d’acquérir ou d’utiliser les objets.
Il n’est ainsi plus nécessaire de passer par la case « achat » pour acquérir un objet, que ce soit dans une logique d’anti-gaspillage ou de reconquête du lien social.
Aujourd’hui, je vous présente quelques alternatives (en excluant les services de location et de prêts
😉 )

.

S’il est possible de dénicher des objets mise en don sur Leboncoin, Facebook Market ou Vinted, des sites Internet se sont spécialisés dans le service de dons entre particuliers. Vous pourrez donc directement chercher votre bonheur sur Geev.com ou sur toutdonner.com.

La recherche par localisation permet de trouver à proximité de son domicile et bien entendu vous pouvez vous inscrire pour vous aussi donner des objets dont vous n’avez plus l’utilité ! Ces sites sont complètement gratuits, pour les donneurs comme pour les chineurs.

Certaines catégories d’objets sont interdites, mais globalement vous êtes libres de donner la plupart des objets du quotidien : de l’électroménager, des babioles, des revues, des vêtements, mais aussi des tuiles, des gravats, une voiture pour pièces, des DVD…

J’ai une petite préférence pour le deuxième : si l’esthétique est moins travaillée il est pour moi plus facile à l’usage 🙂

Pour la Suisse et exactement sur le même principe, il existe le site keepinuse.ch qui permet de chercher ou de faire une demande d’objets en Suisse romande !

Le site donnons.org spécialisé pour la France propose cependant quelques annonces pour la Suisse

.

Les gratiferias ou « marchés gratuits » sont des évènements organisés lors desquels les citoyens peuvent venir déposer des objets dont ils n’ont plus l’utilité (mais en bon état et réutilisables) et dans lesquels n’importe qui peut venir chercher un objet déposé (même s’il n’a pas fait de don).

Cette zone de gratuité exclu tout acte d’achat ou de troc !

Pour savoir où trouver ces évènements… Aucun site ne les répertorie pour l’instant officiellement, il vaut mieux se rapprocher des associations locales et collectivités susceptibles d’organiser ces actions.

.

Elles se sont multipliées dans les villes ces dernières années et on en trouve de toutes les formes : anciens bacs à journaux, maisons, cabines téléphoniques… Toutes plus jolies les unes que les autres vous pouvez trouver ces boites où l’on dépose gratuitement ces livres (et parfois d’autres objets) sur boite-a-lire.com (et déposer vous-même vos livres bien entendu 😉 )

.

Je ne connaissais pas ce concept avant d’arriver en Suisse mais cette bonne idée a certainement dépassé les frontières !
Il existe dans certaines déchèteries des espaces de dons où il est possible de déposer des objets en bon état et réutilisables dont on souhaite se débarrasser. Renseignez-vous auprès de votre déchèterie et si cet espace n’existe pas, pourquoi ne pas suggérer sa création ?

(Je rappelle que récupérer des objets jetés dans les bennes des déchèteries est interdit en France)

.

Un objet contre un service ?
Des pommes du jardin contre le prêt d’une visseuse ?
Le troc a longtemps été monnaie courante un peu partout dans le monde. Aujourd’hui on le plébiscite pour sortir d’un système centré sur l’argent et pour se focaliser sur les liens sociaux qu’il développe.

Si c’est surtout dans l’entourage proche que le troc s’effectue, il est possible de le proposer sur ces réseaux sociaux, aux connaissances et personnes plus lointaines de son entourage.

Vous n’y avez jamais pensé ? Proposez de donner ces livres que vous avez déjà lus contre ceux que vous avez pour projet de lire ! Ou ces tomates en trop contre d’autres fruits et légumes du potager ? Tout le monde est gagnant dans cette histoire 🙂

J’ai pour ma part souvent recours au troc lorsque je déballe en vide-grenier avec des amis ! On s’échange les objets dont on ne veut plus et qui feront plaisir à l’autre 🙂

Il existe également des plateformes dédiées au troc entre particuliers comme france-troc.com pour la France ou joomil.ch pour la Suisse (pour l’instant peu utilisées mais ayant le mérite d’exister !)

.

J’ai récupéré une partie de mes meubles aux encombrants… tout comme des vêtements, des livres ou des pots de fleurs.
Cette pratique n’est pas possible partout (en Suisse où je vie par exemple il est très rare de trouver des objets dans la rue, c’était également le cas à Arras où j’ai vécu une année).

C’est souvent dans les grandes villes qu’on peut tomber sur des objets en bon état ou qui nécessitent une petite réparation pour pouvoir être utilisés à nouveau.

J’ai également trouvé des vêtements dans les poubelles de grands magasins. Bien que cette pratique sera bientôt interdite par une future loi elle subsiste malheureusement chez les enseignes peu scrupuleuses…

Je n’aurais jamais pensé écrire ça un jour mais force est de constater que l’on peut trouver de vraies pépites dans les poubelles de certaines enseignes… Si un jour vous osez franchir le pas, vous pouvez vous aussi devenir Freegan et récupérer les invendus des magasins dans les containers destinés aux camions poubelles.

Pour plus d’informations sur cette pratique que l’on nomme freeganisme rendez-vous ICI pour l’aspect juridique et ICI pour la chaine Youtube nommée Freegan France qui fait le tour des poubelles de nombreux magasins (venez halluciner avec moi sur ce qu’on trouve dedans !)

.

Les déchets des uns peuvent faire le bonheur des autres. En fait, ce qu’on considère nous-même comme un déchet n’en est peut-être pas un pour quelqu’un d’autre.
Cette réflexion est au coeur d’un mode de vie sans gaspillage, le dernier maillon d’une chaine plus grande qui va à contre courant de la société de consommation et qui nous incite à partager les ressources dont on ne se sert plus avec les autres.

Ces nouvelles façons de consommer nous permettent d’économiser nos ressources pécuniaires, les ressources de notre planète mais aussi de rétablir un lien social un peu oublié.

Si vous passez le cap vous verrez que ce type de partage (don / Freeganisme / troc) nous rapproche de personnes auxquelles on n’auraient pas adressé la parole autrement, avec à la clé de belles rencontres et de bons moments passés ensemble.

Et vous, vous passez forcément par la case « achat » pour trouver un objet ?

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *